Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Citation

Dans mon iTunes

"A Mouthful" de The Do. Plus que la musique de la pub Oxford, c'est un CD riches en sons et hétérogène. Vivement recommandé. Site web 

Archives

Top 10 de la semaine

(nbre de titres )

22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 18:26

Mon blog déménage. Au sens propre malheureusement. Pas de groupes de fan entassés sous ma fenêtre. Juste une nouvelle adresse :
http://betagreg.wordpress.com 
Et pour nourir vos Netvibes et autres feed RSS, voici le lien qu'il vous faut : 
http://betagreg.wordpress.com/feed 

Un nouveau blog, pour un (semi-)geek, c'est comme une nouvelle coupe de cheveux chez une fille : cela répond à un besoin de changement.
Je n'aime pas Over-Blog et vous propose donc un nouveau blog au style plus épuré. Tous les commentaires sont les bienvenus.

La forme change, mais le contenu restera le même : sujet, fautes d'orthographe (de moins en moins!), humour (?) ...

PS : ... et jeux de mots bien sûr :-)

Partager cet article

Published by Greg - dans MeMyself
commenter cet article
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 15:00
TrabiOn pourra utiliser en Allemagne la fameuse formule : dis moi ce que tu conduis et je te dirai qui tu es. En Allemagne, la voiture est plus qu'un assemblage de métal sur quatre roues, c'est un objet de culte.
On connaît les allemands rigoureux et respectueux des règles. Mais dans une voiture, cela n'existe plus. L'allemand conducteur n'a que trois soucis lorsqu'il roule : lui-même, sa voiture et sa voiture. Le reste est secondaire. La moindre hésitation dans votre conduite ou changement de décision entraînera un coup de klaxon, de jour comme de nuit. En tant que piéton, n’exigez pas trop de la part des chauffeurs allemands et assurez vous d’utiliser les passages pour piétons quand le feu est vert. S’ils ne vous écraseront pas, c’est uniquement pour ne pas abîmer ou salir leur voiture.
En se plongeant dans la culture et l'histoire allemande, on découvre que la voiture est symbole de liberté. Ainsi les autoroutes sont gratuites et n'ont pas de vitesse limitée. Des autoroutes libres / gratuites (c'est le même adjectif en allemand : « frei ». Prononcez comme dans Mia Frye) pour un peuple libre.
En se plongeant dans l'économie, on découvre pourquoi tout cela tient encore : constitué de puissants groupes comme Volkswagen ("la voiture du peuple » en allemand. Entreprise créée à la demande d’un certain Adolf Hitler), Mercedes ou BMW, le lobby automobile allemand est très influent.
Les choses ne sont donc pas particulièrement près de changer. On peut prendre comme exemple l’absence de limitation de vitesse sur les autoroutes. Cela peut paraître étonnant vu de France. Ceci dit, cela ne concerne que 5% des routes et ne représente au total qu’une part limitée des accidents (je ne suis pas particulièrement contre malgré tout). Récemment, Angela Merkel a suggéré d’instaurer une limitation avec comme raison, non pas la sécurité, mais la pollution. J’aime autant vous dire que ce projet de loi ne fait pas l’unanimité.
Attention, il ne faut pas oublier que les allemands utilisent parallèlement beaucoup leur vélo. Berlin est un très bon exemple puisque de nombreuses personnes bravent le froid. Finalement, selon moi, c’est ici que réside le danger pour les piétons : bien heureux d’avoir réussi à traverser sans encombre la route, ils peuvent oublier les couloirs réservés aux vélos et faire une rencontre peu opportune… Après avoir personnellement constaté ce risque, j’ai même pu lire une mise en garde dans le Guide du Routard !
Un dernier point intéressant : le nombre d'allemands dans ma promo intéressés par des boulots chez Mercedes et compagnie.

Je vous laisse avec une photo de la trabi, symbole de l'ex-RDA.

Partager cet article

Published by Greg - dans Berlin
commenter cet article
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 10:01
Ca fait trop longtemps que n'ai rien écrit (alors que j'ai quelque chose de prêt).
Ca fait trop longtemps que je n'ai pas écouté The National.
Ca fait trop longtemps que je n'ai pas eu quelques jours de repos sans appréhender la suite.
Ca fait trop longtemps que je n'ai rien fait, seul.

Heureusement, demain, tout cela ne sera qu'un mauvais souvenir.
Et je pourrai publier des billets avec plus d'intérêt.

Partager cet article

Published by Greg - dans MeMyself
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 00:50

societe-generale-sarkozy-opa.jpgAujourd'hui, mon tour quotiden des médias a donné ceci :

Citation de Nicolas Sarkozy lors d'un sommet avec des dirigeants européens, concernant la situation économique actuelle (et notamment la crise de subprime) : 
"nous voulons la transparence parce que nous ne voulons pas du protectionnisme. Nous voulons la liberté du marché, nous voulons la concurrence loyale, et pas l'absence de transparence" (
Journal du net)

Sur les déclarations de François Fillon à propos de la crise de la Société Générale :
"Mardi, le premier ministre français François Fillon a affirmé que le gouvernement "ne laissera pas la Société générale être l'objet de raids hostiles de la part d'autres établissements bancaires", faisant ressurgir l'hypothèse d'un rapprochement avec BNP-Paribas pour faire échec à une OPA hostile d'une banque étrangère et créer un champion bancaire français." (
Le Monde)

Toujours François Fillon : 
"Le gouvernement entend que la Société Générale reste une grande banque française acteur de la mondialisation", a ainsi déclaré mardi le Premier ministre, François Fillon. (
Le Parisien)

Citation de Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement, sur le même sujet : "si jamais il doit y avoir un adossement financier supplémentaire de la Société Générale, il faut autant que possible que ça puisse se faire dans le cadre de l'intérêt de l'industrie bancaire français (
Les Echos)

Evidemment, la Commission Européenne a déjà rappelé à l'ordre le gouvernement suite à ces déclarations

Conclusions :

- Encore un superbe exemple du liberalisme à la française (oui au libéralisme tant qu'on en profite à tous les coups
- Encore un superbe exemple de la communication du gouvernement : de belles phrases et surtout de superbes contradictions pour un résultat prévisible. Cela passe en France, et cela détériore notre image à l'étranger.

Partager cet article

Published by Greg - dans Actualité
commenter cet article
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 23:30
Spiegel-Nicolas-sarkozy-Carla-Bruni-copie-2.jpg"Encore? Y'a-t-il quelque part sur terre un autre sujet?!?!"

Rien de mieux que de prendre du recul sur son pays en observant ce qui filtre dans la presse étrangère. Je ne lis pas particulièrement les journaux, mais j'en ai régulièrement qui me passent sous le nez, ce qui me permet de voir les titres. Je n'ai qu'une seule chose à dire : bravo Nicolas Sarkozy.
La stratégie de communication de notre cher Président atteint des sommets. Il est partout. Et quand je dis partout, je le pense vraiment. Avec sa "rupture", ses réformes à tour de bras et surtout, sa vie privée étalée aux quatre coins du monde, il occupe tous les magazines et journaux, y compris en Allemagne.
Ainsi la semaine dernière, Der Spiegel, un hebdomadaire, a consacré sa Une à Sarkozy. On y voyait notre Président et Carla, avec comme titre : "l’érotisme du pouvoir". Le sous-titre est impressionant : " le mélange du sexe, de la politique et du soap" (comme dans "soap opera", qui signifie sitcom en anglais). 
J’ai lu en diagonale l’article : ils expliquent un peu le mode de fonctionnement de Sarkozy. L’article est loin d’être tendre notamment lorsqu’il s’exprime sur les relations étroites avec plusieurs PDG du CAC40.
Ainsi Bolloré est surnommé le « lufttaxi » ("luft" signifie « air » en allemand), ce qui se traduit par « le taxi des airs ». En invitant le lecteur à imaginer Angela Merkel partir en vacances avec ou grâce aux PDG de SAP ou Tchibo, Der Spiegel montre bien que ceci est inimaginable Outre Rhin.
Le deuxième magazine allemand qui se trouve dans ma collocation en ce moment est Vanity Fair. Certes, une publication type "Elle" n’a rien à voir, sauf que c’est bien sûr Carla qui en fait la Une… J’ai vu également vu une dernière page de journal dans le métro pour apercevoir à nouveau le couple présidentiel.
La citation qui débute ce billet est à créditer à une amie allemande, qui est tombée sur Der Spiegel. Sarkozy est partout, même en Allemagne. On ne peut que le féliciter pour son omniprésence dans des publications de toute sorte, sérieuses ou non. Vivement qu’il achète un chien, pour passer dans 30 millions d’amis ou que Carla tombe enceinte pour faire la Une de « Parents »…
Plus sérieusement, il faut réaliser que l’image de Nicolas Sarkozy à l’étranger n’est pas des meilleures. En Allemagne tout particulièrement, il existe quelques tensions avec le gouvernement et les journaux ne le portent pas dans leur cœur.
A mon humble avis, être Président, c’est avant tout bien représenter son pays et véhiculer ses valeurs à l’étranger. Et bien là c’est raté…

Partager cet article

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 23:24
IBWL.jpgPour m'excuser de ces absences répétées, je vais vous parler de ce qui me tient éloigné de mon ordinateur : mes études.
Mon emploi du temps est fort sympathique: partiels avant les vacances, étude de cas pendant les vacances, et cours intensif pendant tout le mois janvier, ponctué par un nouveau partiel. Moi qui avais prévu de lever un peu le pied pour ma dernière année, c'est raté...
Ce n'est pas la première fois que j'ai du travail, mais deux caractéristiques des études allemandes rendent la situation actuelle plus ardue :
- La méthode de travail. Elle se résume en 1 mot : "théorieparcoeur". Les allemands sont fans de théorie. De gros livres, des auteurs, de beaux concepts, des références à ne plus savoir quoi en faire (je compte 200p. de références dans un livre de 1300p.). Et le tout par coeur évidemment. Non seulement il faut avoir compris, mais il faut surtout être capable de tout recracher le jour de l'examen. La compréhension, elle, est en option. Pendant mon partiel de "controlling" (ça a l'air tellement plus cool avec le nom en anglais...), j'ai été destabilisé en tombant sur une question où il fallait refléchir. J'ai mis deux bonnes minutes à retrouver la zone de mon cerveau qui y est consacrée... 

- La langue : l'allemand! Lire des centaines de pages, c'est long. Les lire en allemand, c'est interminable. Mon livre de chevet du moment se trouve ici. Il fait 1300 pages. Comptez 15-17p. par heure, ou 10-12p. avec prise de notes... 

Ce qui est intéressant dans tout ça, c'est - une fois de plus - la comparaison avec d'autres pays. J'ai passé un an à Londres à faire des travaux de groupes (j'ai eu l'occasion de m'en plaindre ici, hé hé). Pour rappel : travaux de groupe = origine des blagues du type "c'est un allemand, un français et un italien...". Bref, nous passions notre temps à lire les cas, les préparer et les présenter. A Paris, c'était plutôt à mi-chemin entre les méthodes anglaise et allemande. 

En conclusion : je suis occupé mais je ne me plains pas (Il paraît que le travail paie). C'est juste que je risque de m'absenter un peu.

PS : on contestera peut-être la qualité de ce billet, mais on appréciera au moins le lien ci-dessus vers Google Books, application proposant une version scannée de BEAUCOUP de livres, ce que l'on tend à oublier.

Partager cet article

Published by Greg - dans Berlin
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 14:14

Snow in BerlinJ'aime mes études car elles me permettent de comparer trois expériences dans trois villes. J'ai fait Paris, Londres, et me voici à Berlin.
Je compare également les questions que l'on me pose selon les villes. Ainsi, lorsque j'étais à Londres, je n'échappais jamais à la fameuse question : "alors elles sont comment les petites anglaises" (ma réponse est ici)? A Berlin, c'est plutôt la météo qui intrigue : "il fait quel temps"? Et bien voici la réponse : j'ai beaucoup comparé la température à Paris et Berlin via Le Monde. Jusqu'à Noël, aucune différence. 
Mais depuis que je suis rentré, ce n'est plus pareil. J'ai constaté un écart de 10°. Il y a 10 jours, il faisait -7° à Berlin. Mieux : la neige s'est invitée quelques jours!
Finalement, ce n'est pas le froid le pire, mais la luminosité. Berlin se situe plus au nord de Londres (au même niveau qu'Amsterdam) et plus à l'est bien que le fuseau horaire soit le même que celui de la France. Résultat, la luminosité diminue très tôt dans la journée, et il fait nuit au moins une heure plus tôt qu'en France.
Voilà, fin du bulletin météo. Je vais faire une danse pour que la neige revienne!

Partager cet article

Published by Greg - dans Berlin
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 13:12
g_bur_09 C'était dans l'air. C'est désormais officiel : la vie d'un blanc vaut plus que celle d'un noir. Et à "noir égal", la vie d'un noir d'un pays développé vaut plus que celle de n'importe quel noir vivant en Afrique.
C'est pas moi qui l'ai dit, c'est le Paris-Dakar.
Récapitulons : le Paris-Dakar est une course rallye hyper médiatique et exotique à souhait. Elle existe depuis 1979 (pour en savoir plus :
Wikipedia).
Chaque année, la course est marquée par des morts. On en dénombre 50 depuis la création du rallye. Parmi eux, on retrouve Daniel Balavoine, des concurrents, des journalistes, et surtout 17 "locaux" qui n'avaient rien demandé.
C'est là la grosse polémique de cette course : comment assurer la sécurité des habitants des villages traversés? Plusieurs associations demandent ainsi la suppression pure et simple de cette course.
L'organisation fait le dos rond. Et qu'apprend-on vendredi : le Dakar 2008 est annulé ... à cause de risques terroristes en Mauritanie. 
La vie des concurrents est menacée, on annule. La vie de personnes en Afrique l'est, on tourne le dos.
J'ai l'impression de retrouver là notre si belle capacité à s'émouvoir de la mort d'un français au bout du monde et à ignorer les conflits qui tuent des centaines de personnes dans des pays "trop loin" de nous.
Je sais que le Paris-Dakar possède quelques côtés positifs (missions humanitaires etc.) mais j'ai du mal avec l'image qu'il véhicule. Des fois, on a l'impression que la course ne profite pas de l'exotisme, mais plutôt de la différence de développement, en faisant à l'étranger ce qu'elle ne ferait pas chez elle. Alors qu'en France on ne laisserait rien passer, en Afrique, on accepte quelques écarts, y compris des morts, ou de la pollution. 
Ce qui est essentiel pour les africains, devient un jeu pour nous. C'est un peu lorsque les gens vont en Afrique et prennent plaisir à négocier 2 euros sur un objet. Ces 2€ ne constituent qu'un peu de "fun" pour eux alors qu'ils représentent une somme significative pour le vendeur.
Pour en revenir au Paris Dakar, l'organisation ne peut-elle pas revoir sa copie?

Partager cet article

Published by Greg - dans Actualité
commenter cet article
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 18:12
Ca ne coûte rien, et en plus je le pense : une très bonne année à tous donc.
Avec pourquoi pas :
- un peu d'altruisme peut-être
- une prise de conscience concernant l'environnement
- un peu d'altruisme (je l'ai déjà dit? Mieux vaut deux fois qu'une...)

Ce mois est chargé, donc je ne promets rien quant à la fréquence des billets. Mais j'y travaille.

Partager cet article

Published by Greg - dans Humeur
commenter cet article
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 08:14
Superbe semaine de partiels.
Beaucoup d'émotion, de plaisir, tout ça...
Donc je prolonge mon absence de quelques jours.
Courage! (Autopersuasion :-)

Partager cet article

Published by Greg - dans MeMyself
commenter cet article